chute


chute

chute [ ʃyt ] n. f.
cheute 1360; réfect. de cheoite, p. p. fém. de choir; lat. pop. °cadecta
ILe fait de choir, de tomber. AConcret
1(Personnes) Faire une chute, une mauvaise chute. 1. tomber; culbute, glissade, trébuchement; fam. 2. bûche, gadin, gamelle, pelle. Une chute de cheval, de bicyclette. Chute à pic, chute de cinq mètres. 2. plongeon; dévissage. Il s'est fait une entorse dans sa chute.
2(Choses) Le fait de ne pas rester droit, de s'écrouler. éboulement, écroulement, effondrement; fam. dégringolade. Chute d'un pan de mur, d'une masse de neige ( avalanche) . Chute de pierres (panneau du code de la route).
Le fait de tomber plus bas. (XVIIe) Sc. Lois de la chute des corps. pesanteur. CHUTE LIBRE : mouvement d'un corps lâché sans vitesse initiale soumis à la seule accélération de la pesanteur. Spécialt Saut en chute libre, sans parachute ouvert. Le point de chute : point atteint par le projectile à la fin de sa trajectoire; fig. endroit où l'on se fixe, après avoir exercé une activité, après un voyage, etc. Avoir un point de chute à Paris. Théâtre La chute du rideau : la fin du spectacle, où le rideau tombe.
3Spécialt (1671) CHUTE D'EAU,ouCHUTE : déplacement vertical d'une masse d'eau produit par la différence de niveau entre deux parties consécutives d'un cours d'eau. Chute naturelle. cascade, 1. cataracte, saut. Les chutes du Niagara. La chute d'un barrage. Le mur de chute d'une écluse.
Chute de pluie, de grêle, de neige ( précipitation) .
4Par ext. La chute du jour. tombée; 1. fin.
5Action de se détacher (de son support naturel), de devenir caduc. La chute des cheveux, des poils. alopécie. La chute des feuilles ( défoliation) , des fleurs ( défloraison) .
BAbstrait
1(XIVe) Le fait de passer dans une situation plus mauvaise, d'échouer. défaite, disgrâce, échec, faillite, insuccès ; fam. déconfiture. La chute de Napoléon. Entraîner qqn dans sa chute. Plus dure sera la chute. « La Chute », roman de Camus. La chute d'un auteur, et par ext. la chute d'une pièce de théâtre ( four) .
2Par métaph. (en parlant des institutions, du gouvernement) culbute, renversement. La chute du gouvernement. La lente chute d'un régime. décadence, écroulement, ruine. « depuis la chute du ministère Villèle » (Sainte-Beuve). La chute de l'Empire romain.
3Spécialt Prise. La chute d'une place forte, d'une ville assiégée. capitulation, reddition .
4(XVIIe) Action de tomber moralement. déchéance, faute, péché. « La Chute d'un ange », poème de Lamartine. La chute d'Adam, et absolt la chute. péché (originel). « L'Éden avant la chute » (Chateaubriand).
5Baisse d'une grandeur économique, d'une valeur. La chute d'une monnaie, du franc. dépréciation, dévaluation, effondrement. Chute des cours en Bourse. krach. La chute des prix ( 2. déflation) . Des prix en chute libre. La chute de la production, des exportations.
6Brusque diminution de valeur d'une variable. Chute de température, de pression, de tension. baisse. Chute des effectifs. Chute de la natalité.
7Aux cartes, Pli demandé mais non fait. Faire deux (levées) de chute. Fig. et fam. Un de chute, signalant la disparition (élimination, décès...) d'une personne ou d'une chose. « Deux de chute pour la pègre nantaise » (Le Nouvel Observateur, 1989).
II(XVIIe)
1Partie où une chose se termine, s'arrête, cesse. extrémité, 1. fin. La chute d'un toit. Chute en pente. La chute des reins : le bas du dos.
2Littér. La chute d'une phrase, d'un vers; d'une phrase musicale : la partie finale sur laquelle tombe la voix. ⇒ cadence. Cour. La chute d'une histoire, sa fin inattendue.
3(1929) Reste inutilisé (tombé en coupant qqch.). Jeter les chutes de tissu, de bois. Des chutes de film.
⊗ CONTR. Relèvement; ascension, montée. ⊗ HOM. Chut.

Chute péché originel.

chute
n. f.
d1./d Action de choir, de tomber; mouvement de ce qui tombe. Faire une chute de cheval.
|| PHYS Chute des corps, déterminée par la pesanteur. Chute libre d'un corps qui n'est soumis qu'à l'action de son poids.
|| Fig. La chute du jour: la tombée du jour.
d2./d Chute d'eau: masse d'eau qui se précipite d'une certaine hauteur. Les chutes du Niagara.
|| Différence de hauteur entre les niveaux de deux biefs successifs d'un cours d'eau.
|| ELECTR Chute de potentiel: différence de potentiel.
d3./d (Surtout au Québec.) (En parlant de précipitations atmosphériques.) Chute de pluie, de neige, de grêle.
d4./d (Québec) (Dans un hôpital, un hôtel, etc.) Dispositif d'évacuation des ordures ménagères ou de collecte du courrier, du linge sale, comprenant un conduit vertical le long duquel sont disposées, à chaque étage, des trappes. Chute à déchets, à linge.
d5./d Fig. Action de s'écrouler, de s'effondrer. La chute d'un Empire.
La chute d'une valeur boursière, l'effondrement de son cours.
Chute d'une place forte après un siège, sa capitulation.
d6./d THEOL CHRET Faute, péché. La chute: le péché originel.
d7./d Fait de se détacher et de tomber (pour une partie de qqch). La chute des cheveux, des dents.
La chute des feuilles, leur séparation d'avec l'arbre.
d8./d Litt. Pensée, formule brillante qui termine un texte.
d9./d Déchet, reste inutilisé d'un matériau que l'on a découpé. Récupérer des chutes de tissu.
d10./d La chute d'un toit, sa pente; son extrémité inférieure.
La chute des reins: le bas du dos.

⇒CHUTE, subst. fém.
I.— Action de choir, de tomber.
A.— Domaine concr.
1. Mouvement de quelqu'un ou de quelque chose qui choit, qui tombe. Chute brusque; hauteur, vitesse de chute.
a) PHYS. Mouvement vertical d'un corps se rapprochant du centre de la terre sous l'effet de la loi de la pesanteur. Chute des corps :
1. Galilée avait analysé le mouvement des corps dans leur chute vers la terre; il avait reconnu que la pesanteur produit sur eux toujours le même effet dans le même temps, quel que soit leur état de repos ou de mouvement. Dans la chute d'un corps tombant verticalement sans vitesse initiale, elle accroît toujours la vitesse d'une même quantité dans l'espace d'une seconde, quel que soit le temps déjà écoulé depuis le commencement de la chute.
C. FLAMMARION, Astron. pop., 1880, p. 118.
Chute libre. ,,Mouvement uniformément accéléré`` (Sc. 1962).
b) Usuel. Action de tomber d'un niveau à un niveau inférieur. Chute de cheval. Chute de cycliste ou de piéton (Vie et langage, 1953, p. 140).
Chute d'eau ou absol. chute. Nappe d'eau tombant verticalement par suite d'une dénivellation importante du terrain dans son cours. Dans la vallée qui se déploie au-dessous de l'esplanade [de Metz, Desroches voyait] la chute de la Moselle et ses blanches écumes (NERVAL, Les Filles du feu, Émilie, 1854, p. 306).
Spéc. [En parlant des précipitations atmosphériques] Chutes de pluie (J. BRUNHES, La Géogr. humaine, 1942, p. 133); chute de neige (COLETTE, Sido, 1929, p. 23).
2. [En parlant de la partie d'un tout]
a) Action de se détacher de son support. Chute des cheveux, chute de pierres. Aux premières rouilles de septembre, la chute des feuilles des platanes, (...), sur l'étain figé des pièces d'eau (J. LORRAIN, Sensations et souvenirs, 1895, p. 11).
P. méton. Chute des feuilles. L'automne. Je comptois à peine dix-sept chûtes de feuilles, lorsque je marchai avec mon père, le guerrier Outalissi, contre les Muscogulges (CHATEAUBRIAND, Génie du Christianisme, t. 2, 1803, p. 180).
SYNT. Chute du cordon (cf. J.-L. BAUDELOCQUE, Principes sur l'art des accouchemens par demandes et réponses, 1812, p. 217), chute de l'escarre (A. NELATON, Élémens de pathol. chirurgicale, t. 1, 1844, p. 44), chutes de fruits (H. BOULAY, Arboric. et production fruitière, 1961, p. 64), chute des glands (F. VIDRON, La Chasse en plaine et au bois, 1945, p. 32), chute des poils (QUILLET Méd. 1965, p. 363).
b) P. ext. Action de s'abaisser tout en restant soutenu.
Chute du rideau. Au théâtre, mouvement du rideau lorsqu'on le baisse; p. méton. la fin du spectacle :
2. Seriez-vous assez bon, comme je ne pourrai peut-être pas aller ce soir à l'Odéon, pour avertir de ma part M. Bouchet et pour faire donner les ordres nécessaires à la chute du rideau immédiatement après le serment prononcé, tout le monde restant tableau.
HUGO, Correspondance, 1844, p. 616.
Spéc., MÉD. Relâchement, affaissement de certains organes. Synon. prolapsus. Pourrait-on guérir les chutes de matrice en tenant l'utérus relevé en tirant sur les ligaments ronds? (C. BERNARD, Cahier de notes, 1860, p. 98).
SYNT. Chûte du fondement (GEOFFROY, Manuel de méd. pratique, 1800, p. 3855), chute de la luette (P. BRETONNEAU, Des Inflammations spéc. du tissu muqueux et en partic. de la diphtérite, 1826, p. 158), chute de la paupière ou ptôsis (QUILLET, Méd. 1965, p. 346), chute du rectum.
3. [En parlant le plus souvent d'une donnée qui est mesurable] Action de baisser, de diminuer considérablement; affaiblissement, baisse, diminution. Chute de potentiel. La chute du mercure annonce une diminution notable dans la pesanteur de l'air (CABANIS, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 2, 1808, p. 16) :
3. Ces tumeurs hyperinsulino-sécrétantes déversent dans le sang des quantités anormalement élevées d'insuline et entraînent donc une baisse du sucre dans le sang. Ces accidents hypoglycémiques sont d'aggravation progressive, si la chute de la glycémie est trop importante un coma brutal risque d'apparaître qui ne peut être combattu que par l'injection rapide intraveineuse de sérum glucosé hypertonique.
QUILLET, Méd. 1965, p. 155.
Chute du jour. Affaiblissement de la lumière du jour au moment où la nuit arrive :
4. Arrivés ici [à Berne] vers la chute du jour. C'est le bon moment. Se glisser dans une ville inconnue à l'heure où la lumière hésite et s'adoucit, pas tout à fait entre chien et loup, mais un peu avant, il y a là une joie secrète.
GREEN, Journal, 1947, p. 117.
SYNT. Chute de cholestérol (R. SCHWARTZ, Nouveaux remèdes et maladies d'actualité, 1965, p. 150), chute d'intensité (P. SCHAEFFER, À la recherche d'une mus. concr., 1952, p. 15), chute de poids (R. SCHWARTZ, op. cit., p. 32), chute de pression (Ch. CHAPELAIN, Cours mod. de techn. automob., 1956, p. 342), chute de tension (Hist. gén. des sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 111).
B.— Au fig.
1. Fait d'être précipité d'une situation élevée ou privilégiée dans un état moindre ou malheureux.
a) [En parlant de qqn] Fait de perdre son crédit, son influence. Synon. disgrâce. Chute d'un favori (BALZAC, Splendeurs et misères des courtisanes, 1844, p. 292) :
5. ... dans un gouvernement de la nature du nôtre, vous savez que l'on passe vite de la faveur à la disgrâce et de la chute à l'élévation.
CHATEAUBRIAND, Correspondance gén., t. 2, 1789-1824, p. 276.
b) [En parlant de qqc.] Fait de succomber à une opposition, à une résistance ou par suite d'une catastrophe. Amener la chute, provoquer la chute de.
THÉÂTRE. Insuccès d'une pièce. Synon. échec :
6. [À Juste et Caroline Olivier :]
Bref, il y a eu rumeur à la fin de la pièce [Judith de Madame de Girardin], et l'auteur n'a pas jugé à propos de se faire nommer. Somme toute, c'est un échec, une chute honnête.
SAINTE-BEUVE, Correspondance gén., t. 5, 1818-69, p. 111.
[En parlant d'une ville, d'une place forte] Fait de tomber aux mains de l'ennemi. Synon. capitulation, reddition. Il [le prince T.] avait dû quitter Petrograd dès la chute du Palais d'hiver (P. BOURGET, Le Tapin, Deux épisodes, 1928, p. 254).
[En parlant d'un gouvernement, d'une institution, d'un régime] Chute du gouvernement; chute du cabinet; chute de l'Empire, de la monarchie. À sa chute, [du cabinet] le Roi consulta divers hommes d'État sur le chef qu'il convenait de donner au nouveau cabinet (PROUST, La Fugitive, 1922, p. 636).
2. Fait de diminuer, de s'affaiblir considérablement, de disparaître.
a) [En parlant de qqc. d'évaluable] Synon. baisse p. oppos. à hausse. Chute des prix (B. CACÉRÈS, Hist. de l'éduc. pop., 1964, p. 88). Comment expliquez-vous la chute verticale des actions de la Senen and Serol Company? (AYMÉ, La Mouche bleue, 1957, p. 178).
SYNT. Chute de la demande (L'Univers écon. et soc., 1960, p. 3212), chute du mark (GIRAUDOUX, Siegfried et le Limousin, 1922, p. 197), chute des ventes (L'Industr. fr. du caoutchouc, 1965, p. 44).
b) LING. ,,Disparition d'un phonème ou d'un groupe de phonèmes appelée, suivant la place où elle intervient dans le mot, aphérèse, syncope, apocope`` (MAR. Lex. 1933). Chutes de voyelles posttoniques (SAUSSURE, Cours de ling. gén., 1916, p. 203).
c) [En parlant de qqc. d'abstrait] Synon. déclin, disparition. De génération en génération [la foi et le savoir] ne purent que décroître dans la vie séculière et la chute de l'art sacré en fut la conséquence (A. LENOIR, Archit. monastique, t. 1, 1852, pp. 39-40).
3. Chute (morale) Faute grave. Il [M. de Pontmartin] vient d'avoir sa chute morale (...) Il a été tenté, et il a succombé (SAINTE-BEUVE, Nouveaux lundis, t. 3, 1863-69, p. 42).
a) RELIG. Faute grave contre Dieu. Il y a eu deux grandes et mystérieuses chutes. Chute des Anges, chute de l'homme : catastrophes homothétiques, dirait un géomètre (VALÉRY, Tel quel II, 1943, p. 192).
Chute de l'homme ou absol. la chute. Événement par lequel l'homme, à l'origine, en commettant une faute grave contre Dieu, a perdu par là même l'amitié divine et l'état bienheureux dans lequel il se trouvait pour tomber dans sa misérable condition actuelle assortie de la souffrance et de la mort. Chute originelle; dogme de la chute (FULCANELLI, Les Demeures philosophales et le symbolisme hermétique..., t. 2, 1929, p. 213) :
7. Ainsi, tandis que le socialisme, aidé de l'extrême démocratie, divinise l'homme en niant le dogme de la chute, et par conséquent détrône Dieu, désormais inutile à la perfection de sa créature; ce même socialisme, par lâcheté d'esprit, retombe dans l'affirmation de la Providence, et cela au moment même où il nie l'autorité providentielle de l'histoire.
PROUDHON, Système des contradictions écon., 1846, p. 326.
Faute des anges révoltés contre Dieu lors de l'épreuve initiale et pour cela tombés en enfer. Chute des anges (Théol. cath. t. 4, 1, 1920, p. 388).
SYNT. Chute d'Adam, chute de nos premiers parents, chute originelle (P. NAUDON, La Franc-maçonnerie, 1963, p. 88), chute du diable (Théol. cath. t. 4, 1, 1920, p. 360).
b) Faute morale; spéc., haute contre la chasteté, le plus souvent en parlant d'une femme :
8. ... elle [Colette de Rosen] (...) s'était gardée honnête femme (...) parce qu'il y avait dans ce cervelet d'oiseau un souci de la netteté du plumage qui l'avait préservée des chutes salissantes...
A. DAUDET, Les Rois en exil, 1879, p. 114.
9. ... Philippe cherchait en vain, dans sa mémoire, le livre où il est écrit qu'un jeune homme ne se délivre pas de l'enfance et de la chasteté par une seule chute, mais qu'il en chancelle encore (...) pendant de longs jours...
COLETTE, Le Blé en herbe, 1923, p. 167.
II.— P. méton.
A.— Ce qui choit; ce qui a chu.
1. Partie finale de quelque chose.
a) Partie finale de quelque chose qui est en pente. Lisière de terre (...) venant en pente des montagnes à la mer. La chute des montagnes est tapissée d'un nombre infini d'oliviers (STENDHAL, Journal, t. 2, 1805-08, p. 309).
B.-A. fam. La chute des reins. Le bas du dos. La lueur vacillante (...) illumina soudain, précisément à la chute des reins, la taille de la femme (BALZAC, Ferragus, 1833, p. 19).
b) Domaine des arts
Finale d'un morceau en prose ou en vers; l'idée qui le termine, le trait final. Je trouve votre poème fort intéressant, dit Chambernac, mais la chute en est bien sentimentale (QUENEAU, Les Enfants du limon, 1938, p. 35).
Partie où la voix s'arrête, tombe. Chutes de phrases (RENAN, Hist. du peuple d'Israël, t. 2, 1889, p. 422); la chute de chaque verset (ZOLA, La Faute de l'abbé Mouret, 1875, p. 1493) :
10. Il y a trois sortes de monotonie dans la voix : la persévérance dans la même modulation, la ressemblance dans les chutes finales, la répétition fréquente des mêmes inflexions.
Ch. DE BUSSY, L'Art dramatique, 1866, p. 258.
Chute d'une période. Sa fin; le dernier membre.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du 19e s. dont Ac. 1798-1878 ainsi que ds Ac. 1932 et QUILLET 1965.
MUS. ,,Terminaison d'une phrase musicale`` (ROUGNON 1935). Synon. actuel cadence :
11. [Au monastère d'Alexandro-Newsky] Et les chants (...) se succédaient (...) en la rude simplicité des thèmes liturgiques, si émouvants par leur chute sur la tierce, une tierce mystérieuse et interrogative.
A. BRUNEAU, Musiques de Russie et musiciens de France, 1903, p. 64.
2. Dimension verticale de quelque chose. Ses jardins (...) descendent par étages en obéissant aux chutes naturelles du terrain (BALZAC, Le Curé de village, 1833, p. 73) :
12. La chute rigide du profil [d'Everard] et l'étroitesse anguleuse de la face conviennent sans aucun doute à la probité inflexible, à l'austérité cénobitique, au travail incessant d'une pensée ardente et vaste comme le ciel.
G. SAND, Lettres d'un voyageur, 1837, p. 227.
MAR. Hauteur verticale d'une voile quand elle est tendue; hauteur d'un filet quand il est tendu.
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842, Lar. 19e, Lar. encyclop., LITTRÉ, GUÉRIN 1892, QUILLET 1965 ainsi que ds DG et ROB. pour la voile seulement.
Spéc., ARCHIT. Chute du toit. Sa pente. Double chute de son toit de tuiles (AYMÉ, Maison basse, 1934, p. 25).
3. Ce qui est tombé lors de la coupe; morceau qui reste après une coupe et qui est inutilisé. Chutes de tissu. Les instantanés, les bouts de pellicule, les chutes de films de montage (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 191). Chutes de rails provenant du laminage des lingots du fer aciéreux (...) les rognures de tôles (Ch. DURAND, Les Gdes industr. minérales en Lorraine, 1893, p. 56).
B.— L'endroit où quelque chose tombe.
1. ASTROL. Signe dans lequel une planète a moins d'influence. Synon. signe de déjection :
13. Plus une planète ressemble à la nature d'un signe plus elle est active si elle s'y trouve. Par contre, elle est déficiente lorsqu'elle se trouve dans un signe contraire à sa nature. (...) c'est pourquoi on appelle ces positions exil et chute.
H. BEER, Introd. à l'astrol., 1939, p. 172.
2. CHASSE. Lieu où certains oiseaux migrateurs (bécasses, canards) s'abattent au début de la nuit.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe s. ainsi que ds Lar. 20e.
Prononc. et Orth. :[]. Fait partie des mots dans lesquels la suppression d'un phonème (ici [] muet de l'a. fr. cheute) n'est pas indiquée dans la graph. par un accent circonflexe. À ce sujet cf. BUBEN 1935, § 23. FÉR. 1768 et FÉR. Crit. t. 1 1787 réclament cet accent. Il est noté ds Ac. 1694 et 1740 qui enregistrent chûte alors que Ac. 1718 écrit encore cheute; Ac. 1762-1932 donnent la forme moderne. Homon. chut. Étymol. et Hist. A. 1. 2e moitié XIVe s. « fait de tomber » (FROISSART, II, II, 225 ds LITTRÉ : une chute de cheval); 2. 1534 « action de se détacher de son support naturel » (Le Guidon en françoys, 241d, édit. 1534 cité par Vaganay ds Rom. Forsch., t. 32, p. 31 : cheute des cheveulx); 3. av. 1558 « écroulement (d'une maison) » (MELL. DE S. GELL., Œuvres poét., p. 274, éd. 1719 ds GDF. Compl.); 4. XVIe s. « pente d'un cours d'eau » (D'AUBIGNÉ, Hist., I, 287 ds LITTRÉ); d'où 1671 « chute d'eau » (POMEY). B. 1587 « effondrement (d'un pays, d'un régime) » (LANOUE, Disc., 2 ds GDF. Compl.); 1680 « fait de tomber dans la déchéance » (RICH.); 1690 « insuccès, échec d'un auteur » (FUR.). C. Av. 1654 rhét. chute de la période (d'apr. G. GUILLAUME, J. L. Guez de Balzac et la prose fr., Paris, 1927, p. 486). Réfection, d'apr. chëue, chue, de l'a. fr. cheoite « chute » (chaaite, part. passé fém. subst., BENOIT, Chr. des Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 18524; chaette, ibid., 43614), chëue et cheoite étant des part. passés de cheoir, choir, le 1er issu de caduta, le second de cadecta forme anal. vulg. (NYROP t. 2, § 102). Fréq. abs. littér. :3 465. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 6 443, b) 4 842; XXe s. : a) 4 346, b) 4 028. Bbg. Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 39. — UREN (O.). Le Vocab. du cin. fr. Fr. mod. 1952, t. 20, p. 205.

chute [ʃyt] n. f.
ÉTYM. 1360, cheute; réfection de cheoite (XIIe), p. p. fém. de choir, du lat. pop. cadecta, p. p. substantivé au fém. de cadere. → Choir.
———
I Fait de choir, de tomber.
A (Concret).
1 (Choses). Fait de ne pas rester droit, de s'écrouler. Croulement, écrasement, effondrement. || La chute d'un pan de mur. Écroulement. || La chute d'une masse de terrain. Éboulement. || Ce mur est proche de sa chute. Chancelant. || Les alpinistes ont été ensevelis par la chute d'une masse de neige. Avalanche. || Soutenir, étayer qqch. pour en éviter la chute. || Arrêter la chute de quelque chose.
1 (Ma foi) si ferme à présent, si loin de chanceler,
Que la chute du ciel ne pourrait l'ébranler.
Corneille, Cinna, V, 3.
2 Longtemps après sa chute (de la bombe), on voit fumer encore
La bouche du mortier, large, noire et sonore.
Hugo, Odes, III, 6.
2 (Choses). Fait de tomber plus bas, faute d'un support. || Une chute de cinq mètres.(XVIIe). Sc. || Loi de la chute des corps. Pesanteur. || Chute libre, d'un corps abandonné sans vitesse initiale et soumis à son seul poids. || Tomber en chute libre. || Chute uniformément accélérée. Accélération (cit. 2), mouvement. — ☑ Fig. En chute libre. || Les prix sont en chute libre (→ ci-dessous, B., 5.). || Sa popularité est en chute libre.La chute d'un météore. || La chute d'une bombe. — ☑ Point de chute : point atteint par le projectile à la fin de sa trajectoire; fig. (av. 1945, in D. D. L.), endroit où l'on s'arrête, après avoir exercé une activité, après un voyage, etc.
2.1 Elle eut le geste de quelqu'un qui laisse là sa couture, parce que son lait se sauve. Le dé tomba, l'aiguille tomba et la chemise sur le tout. Pourquoi ces chutes l'une après l'autre ?
André Baillon, Délires, « La montre ».
2.2 Entendez par là : trois semaines dans une propriété du Midi, une croisière sur un yacht d'armateur qui héberge une clientèle surréaliste et, comme point de chute, quelque chasse de Sologne, avec petit château Louis XIII.
Pierre Daninos, Un certain Monsieur Blot, p. 207.
Théâtre. || La chute du rideau : le baisser du rideau, et, par métonymie, la fin du spectacle, quand le rideau tombe. || Ce critique est parti avant la chute du rideau.
3 Chute de pluie, de neige. Précipitation. || Abondantes chutes de neige sur les Alpes.(1671). || Chute d'eau ou chute : déplacement vertical d'une masse d'eau produit par la différence de niveau entre deux parties consécutives d'un cours d'eau. || Des chutes d'eau naturelles. Cascade, cataracte, saut. || Les chutes du Niagara. || Chute artificielle. || La chute d'un barrage. || Le mur de chute d'une écluse.
3 (…) quand on a vu la cataracte du Niagara, il n'y a plus de chute d'eau.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, IV, II.
4 (…) la chute d'un jeu d'eau donnait à un bassin l'effervescence du lait qui bout.
Edmond Jaloux, les Visiteurs, V, p. 49.
4 La chute du jour : le moment où la nuit arrive. Crépuscule, tombée (de la nuit); fin (du jour).
5 (1534). Action de se détacher (de son support naturel), de devenir caduc. || La chute des cheveux, des poils. Alopécie. || La chute des dents, des ongles.
Bot. || La chute des feuilles ( Défoliation), et, par métonymie, l'automne.La chute de l'écorce des arbres ( Exfoliation), des fleurs ( Défloraison).
6 Méd. Affaissement, abaissement (d'un organe). Descente, prolapsus, ptôse. || La chute de la luette, de la matrice.
7 (Personnes). Fait de tomber, de perdre l'équilibre, soit en allant au sol, soit en allant plus bas, si le sol ou un support manque (→ ci-dessus, sens 2). || Faire une chute. Tomber; fam. bûche, gadin, gamelle, pelle; cabriole, culbute, glissade, 2. plané, trébuchement. || Une chute de cheval, de bicyclette. Accident. || Une mauvaise chute. || Il s'est foulé le pied dans sa chute.Chute à pic, chute de cinq mètres. Plongeon.
4.1 (…) un peu étourdie de ma chute, je fus quelques instants avant de me relever (…)
Sade, Justine…, t. I, p. 218.
Fait de tomber dans le vide.
5 (Il) éprouvait la vertigineuse horreur de la chute mêlée d'attirance qu'inspire la suspension au-dessus d'un gouffre.
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, t. II, XVII, p. 223.
(1819, in Höfler). Réception du corps sur le sol, après un saut. || Chute contrôlée d'un parachutiste. Roulé-boulé.
B (Abstrait).
1 (XIVe). Personnes. Fait de passer dans une situation plus mauvaise, d'échouer. Déconfiture, défaite, échec, faillite, insuccès. || La chute de Napoléon. || Entraîner qqn dans sa chute. || La chute suit de près le triomphe. Capitole (supra cit. 3). || Plus dure sera la chute. || Il ne resta pas longtemps en cour, sa chute fut rapide. Disgrâce. || Ses malversations provoquèrent sa chute.
6 Il te peut, en tombant, écraser sous sa chute.
Corneille, Cinna, I, 1.
7 J'avais prévu ma chute en montant sur le faîte.
Je m'y suis trop complu; mais qui n'a dans la tête
Un petit grain d'ambition ?
La Fontaine, Fables, X, 9.
La chute d'un auteur, et, par ext., la chute d'une pièce de théâtre. (fam.) Four.
8 La surprise des œuvres nouvelles provoquant une rupture entre les coutumes de l'esprit et la nouveauté qu'on lui soumet, le public trébuche. Il y aura donc chute et rire.
Cocteau, la Difficulté d'être, Du rire, p. 182.
2 (1587; en parlant des institutions, du gouvernement). Fait de succomber à une opposition, à une résistance, etc. Culbute, renversement. || La forte opposition à la politique sociale du ministère amena sa chute. || La chute d'un cabinet, du gouvernement. Crise. || La lente chute d'un régime. Décadence, écroulement, ruine. || La chute de l'Empire romain. || S'acheminer vers sa chute.
9 Je te dirai que, depuis la chute du ministère Villèle, je vois les choses comme ceci : quoique le nouveau ministère soit mou (…) il n'est pas mauvais (…)
Sainte-Beuve, Correspondance, t. I, 60, 3 janv. 1829.
10 Mais la chute du Cabinet dont il faisait partie (M. Édouard Herriot) rendit caduc son projet de loi qui ne fut pas repris par son successeur.
Georges Lecomte, Ma traversée, p. 370.
11 Devant l'écroulement si brutal de l'œuvre royale, qui, de chutes en chutes, de crises en crises, ira à sa totale désagrégation (…)
Daniel-Rops, Histoire sainte, III, II, p. 213.
3 Fait de tomber, d'être pris, de capituler, de se rendre. || La chute d'une place forte, d'une ville assiégée. Capitulation, reddition. || La chute de la Bastille. Prise (→ Bruit, cit. 39).
4 (1680). Action de tomber moralement, de perdre une situation meilleure, de déchoir. Déchéance, faute, péché.Relig. || La chute des anges, punissant la faute des anges révoltés contre Dieu. || La Chute d'un ange, poème de Lamartine.La chute d'Adam, et, absolt, la chute. Péché (originel). || Se relever de sa chute par la pénitence. || Être une occasion de chute, de péché pour les autres. Scandale.
12 Dans le crime il suffit qu'une fois on débute;
Une chute toujours attire une autre chute.
Boileau, Satires, X.
13 Il me fit sentir que l'enthousiasme des vertus sublimes était peu d'usage dans la société, qu'en s'élançant trop haut on était sujet aux chutes (…)
Rousseau, les Confessions, III.
14 (…) il ne manque à l'amour que la durée pour être à la fois l'Eden avant la chute et l'Hosanna sans fin.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, I, VIII.
Littér. et vx. Spécialt. Faute contre la chasteté (le plus souvent en parlant d'une femme). Déchéance, faute, pas (faux pas).
5 Écon. || La chute d'une monnaie, dépréciation. Dévaluation, effondrement. || La chute des assignats. || La chute du mark, du franc. || Chute des cours en Bourse. || Chute des prix. Baisse.
15 La chute du franc, commencée depuis 1916, devenait de mois en mois plus sensible. Chaque jour, le prix de tous les articles nécessaires à la vie s'élevait quelque peu.
G. Duhamel, les Espoirs et les Épreuves, II, p. 34.
6 Brusque diminution de valeur (d'une variable). || Chute de potentiel, de pression, de tension. || En une nuit, la chute de température fut très importante. Baisse.(Abstrait). || La chute du moral des troupes.
7 Ling. Disparition (d'un phonème, d'un groupe de phonèmes). Aphérèse, apocope, syncope.
———
II Par métonymie.
1 Partie où une chose se termine, s'arrête, cesse. Extrémité, fin. || La chute d'un toit, sa pente. || Chute en pente.La chute des reins : le bas du dos.
16 La duchesse de Bourgogne revint les épaules, les bras, les seins découverts, la chute des reins bien marquée.
Saint-Simon, Mémoires, 2, 235.
2 Mar. || La chute d'une voile.Chute au mât : distance entre le milieu de la ralingue d'envergure et celui de la ralingue de bordure. || Chute au point : longueur de la ralingue de côté.
3 Littér. et rare. || La chute des temps : la fin des temps.
17 (…) à la chute des temps, le Juge viendra, dans le hourra des foudres, châtier le monde.
Huysmans, En route, p. 15.
4 (1654, en littérature). Didact. (prosod.). || La chute d'une période, d'une phrase musicale : la partie finale sur laquelle tombe la voix. Cadence. || La chute d'un vers. || La chute d'un madrigal, le trait qui le termine.
18 — La chute en est (du sonnet) jolie, amoureuse, admirable.
— La peste de ta chute ! Empoisonneur du diable,
En eusses-tu fait une à te casser le nez !
Molière, le Misanthrope, I, 2.
19 Il n'y a pas longtemps qu'ils (les prédicateurs) avaient des chutes ou des transitions ingénieuses.
La Bruyère, les Caractères, XV, 5.
5 Archit. || Chute de festons, d'ornements : sculpture de fruits, de fleurs pendant en bouquets.
6 Morceau d'étoffe, de cuir, de pellicule, etc., qui reste après une coupe et est inutilisé. || Les chutes d'un atelier de coupe. || Les chutes. Déchet. || Jeter les chutes aux chiffons. || Des chutes de film. || Des chutes de métal.
———
III Par métonymie. Endroit, espace où une chose, un animal tombe.
1 (Chasse). Lieu où certains oiseaux migrateurs s'arrêtent à la tombée du jour. || La chute des canards, des bécasses.
2 (Astrol.). Signe dans lequel une planète est dite avoir le moins d'influence.
CONTR. Ascension, croissance, levée, montée, pousse, triomphe. — Relèvement.
DÉR. 1. Chuter.
COMP. Chape-chute.
HOM. Chut, formes des v. 1. chuter, 2. chuter.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • chute — CHUTE. s. fém. Mouvement d une chose qui tombe. Il est tombé de son haut, et a fait une lourde chute. Il est incommodé d une chute de cheval. Il fut accablé par la chute d une maison. Une chute d eau. La chute des eaux. [b]f♛/b] On appelle Chute… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Chute — may refer to: Chute (gravity), a channel down which falling materials are guided Mail chute, a chute for collecting and transporting mail within a building Chute (in North America), a cattle race, a channel for handling and sorting farm animals… …   Wikipedia

  • chûte — s. f. v. Mouvement d une chose qui tombe. Il est tombé de son haut, & a fait une lourde chûte. il est incommodé d une cheute de cheval. il fut accablé par la cheute d une maison. une cheute d eau. la cheute des eaux. On appelle, Cheute d humeurs …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Chute — Chute, n. [F. chute, prop. a fall.] 1. A framework, trough, or tube, upon or through which objects are made to slide from a higher to a lower level, or through which water passes to a wheel. [1913 Webster] 2. See {Shoot}. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Chute d'os — 15e album de la série Pierre Tombal Scénario Raoul Cauvin Dessin Marc Hardy Couleurs Cerise Éditeur Dupuis …   Wikipédia en Français

  • chute — [ʃu:t] n [Date: 1800 1900; : French; Origin: fall , from Old French cheoir to fall ] 1.) a long narrow structure that slopes down, so that things or people can slide down it from one place to another ▪ a rubbish chute ▪ a laundry chute ▪ The pool …   Dictionary of contemporary English

  • chute — [ ʃut ] noun count 1. ) a tube or a smooth narrow open surface that people or things slide down: a laundry/garbage/recycling chute a swimming pool with a water chute 2. ) INFORMAL a PARACHUTE …   Usage of the words and phrases in modern English

  • chute — sustantivo masculino 1. Uso/registro: jergal. Inyección de droga: ponerse un chute, pegarse un chute …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • chute — (n.) 1725, American English, fall of water (earlier shoot, 1610s), from Fr. chute, from O.Fr. cheoite a fall, fem. pp. of cheoir to fall, from L. cadere (see CASE (Cf. case) (n.1)). Meaning inclined tube, trough is from 1804; that of narrow… …   Etymology dictionary

  • chute — chute; para·chute; …   English syllables


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.